close

Voici notre premier “L’essentiel du backpacker” ! C’est pour nous le moyen de répondre à cette question qui devient, plus vous voyagez, impossible d’y répondre : “Quel est ton pays préféré ?”. Nous allons donc tenter d’y répondre à travers cet essentiel du backpacker. C’est une façon de partager notre expérience sur le pays, ses habitants, ses coutumes et toutes les choses que nous pensons essentielles pour le voyageur (et orientés pour le backpacker).

Lisez cette page si vous voulez comprendre notre vision et notre notation : Bien comprendre nos essentiels du backpacker

Notre prologue

Un mot qui décrit la Polynésie Française

Sénérité” ! Nous pensons que c’est un bon mot pour décrire nos 15 jours là-bas. Que ça soit les paysages, les habitants que nous avons rencontrés, la nourriture ou même la météo, on est dans la simplicité. Tout est cool là-bas, en mode tranquille.

Notre coup de cœur

Malgré toutes les bonnes choses que l’on pourrait dire à propos de la Polynésie Française, après mure réflexion, nous vous dirions que la vie sous-marine est notre coup de cœur. Nous sommes des plongeurs débutants et nous avons vraiment découvert ce qu’est la plongée là-bas. C’est grandiose 🙂

Notre pire moment

Nous avons cherché … et le seul point que nous pourrions dire ici est qu’il faut faire très attention à ne pas boire/manger trop de coconut … 😉 Et sinon les moustiques, ils sont rapides et tu les vois pas. Le pire, c’est qu’ils font vraiment mal en plus de gratter …

La Polynésie Française en 15 catégories

Notre note globale pour la Polynésie Française est de 57/75.

  • Habitants : 5/5
  • Langue(s) : 5/5
  • Budget : 1/5
  • Météo : 4/5
  • Logement: 4/5
  • Se rendre sur place + immigration : 4/5
  • Transport sur place : 3/5
  • Auto-Stop : 5/5
  • Internet : 2/5
  • Réseaux 3/4G : 3/5
  • Paysages : 5/5
  • Activités : 4/5
  • Commerce : 2/5
  • Nourriture : 5/5
  • Sécurité sur place: 5/5

Les Polynésiens, de vrais anges !

En arrivant à Tahiti, vous allez avoir droit à ces jolies femmes avec leurs fleurs autour du cou et leur grand sourire. Comment faire mieux pour accueillir des touristes ? Nous ne savons pas comment autrement 😉 !

Toute notre expérience avec les habitants en Polynésie Française a été vraiment superbe. Dès que vous marchez quelque part, la plupart des habitants vous salue avec un grand sourire. Dès que vous avez une question, vous pouvez arrêter n’importe qui. Bref, ils sont tellement sympas !

Surtout la plus belle des princesses !

Nous avons compris au fil des jours que les gens là-bas savent profiter de la vie. Ils ne sont pas du tout stressés et ils prennent leur temp. C’était la période de vacances scolaire quand nous y étions en plus. Ils adorent rester dans l’eau et ne rien faire (ou avec des bières en main). Commencer par la Polynésie Française pour nous a été un bon et rapide “anti-stress”.

Avez-vous entendu parlé des légendes de Polynésie Française ? C’est aussi un des bons côtés de la Polynésie pour vous faire rêver encore plus. Si vous avez l’occasion de passer du temps avec des locaux, demandez-leur de vous raconter quelques légendes. Il y en a des centaines et ils adorent en parler ! 🙂

William a fait une rencontre qu’il l’a beaucoup marqué : “Rangiroa – Cette journée inoubliable avec ce pêcheur

La langue

Etant donné que nous parlons tous les deux français, ça été très facile de communiquer avec les habitants sur place car le français est la langue officielle. Nous avons tout de même appris quelques mots en tahitien comme pour dire bonjour (‘ia ora na) ou merci (mauruuru) ou au revoir (nana). Le tahitien est très jolie à entendre, vous verrez 😉

En écrivant cette partie, pour en savoir plus, j’ai appris qu’il y a au total 38 langues parlées en Océanie avec le tahitien, le samoan, le tongien et le maori de Nouvelle Zélande comme les langues les plus parlées (https://fr.wikipedia.org/wiki/Langues_polyn%C3%A9siennes).

Si vous ne parlez pas français, vous risquez d’avoir pas mal de difficultés sur place 😉

Quel budget pour 15 jours en Polynésie Française ?

Nous avons dédié un article complet sur le sujet ! Voici le lien : LIENN
Mais pour résumer, la note est de 1/5 car notre budget a pris cher …

La météo en janvier

On nous avait prévenu qu’il pouvait pleuvoir énormément en cette période de début d’année. Honnêtement, à l’exception du gros orage que nous avons eu à Moorea et quelques averses, nous avons eu un temps de dingue pendant notre voyage (une moyenne autour des 30°C).

Un levé de soleil vu de notre tente

Retenez tout de même qu’il peut faire extrêmement chaud en Polynésie, ce qui peut ne pas être vraiment agréable en fonction de vos activités ! Lors du trek pour l’Aorai, à cause de l’humidité, ça devenait difficile pour nous d’avancer correctement. C’est donc un 4/5.

Logement

De notre expérience, si vous ne voulez pas camper, il serait assez simple de vous trouver une chambre dans un hôtel, ou même un bungalow dans un des campings où nous avons séjourné.

Si vous voulez camper, nous avons dédié un article sur le sujet XXXXXX). Les campings sont de qualité, propres et avec une superbe vue mais il y a très peu de choix sur chaque île, voir aucun parfois comme à Bora Bora. Et c’est systématiquement payant. C’est pourquoi nous mettons un 4/5.

Se rendre sur place + immigration

Si vous habitez à Los Angeles, c’est sûr que vous disposez d’un direct pour aller à Tahiti. Malgré les heures de vol, c’est quand même simple. En revanche, si vous venez d’Europe comme nous, vous allez vous taper une escale (petite ou grande) à Los Angeles, ce qui fera environ 23 heures de trajet (voire 30 heures avec la grande escale). Vous arrivez enfin sur place, avec 11 ou 12 heures de décalage horaire, nous pouvons vous assurer que vous serez totalement KO 🙂

Concernant l’immigration, pour les Européens, c’est très simple. Il n’y a pas besoin d’un VISA. Arrivés à Tahiti, vous ferez la queue quelques minutes. Une personne vérifiera votre passeport et vous laissera passer. N’oubliez pas qu’il vous faudra un ESTA pour l’escale à Los Angeles.

Voici le site officiel concernant les conditions d’entrée : http://www.polynesie-francaise.pref.gouv.fr/Vos-demarches/ETRANGERS/Francais/Conditions-d-entree-des-etrangers-en-Polynesie-francaise

Notre note est de 4/5 car malgré le prix et les nombreuses heures de voyage, tout est bien huilé. L’organisation d’un voyage en Polynésie Française est donc assez aisée.

Les moyens de transport en Polynésie Française

Les avions

Quand vous avez compris que la Polynésie Française, ce sont des centaines d’îles, vous avez tout de suite compris que les deux seuls moyens de transport sont l’avion et le bateau. Pour l’avion, nous vous invitons à lire notre article sur les Pass Air Tahiti qui sont financièrement parlant intéressants. Retenez que prendre l’avion en Polynésie Française est très cher.

Les bateaux

Pour les bateaux, à part les ferry Tahiti <-> Moorea et Tahiti <-> Maupiti (3 fois par semaine), il y a peu de possibilités de voyager en bateau car les distances entre les îles sont généralement importantes et que la météo ne permet de garantir à 100% que vous allez partir. D’après ce que vous avons entendu, il faut se rapprocher des pêcheurs si vous voulez tenter votre chance pour vous rendre sur une autre île. Il y aussi des cargos mais il faut vraiment du temps à tuer car les trajets peuvent prendre plusieurs jours, voire des semaines. La dernière solution est d’être sur une croisière ou d’avoir son propre bateau 😉

Autres moyens

Si vous faites de la plongée, les centres viendront directement vous chercher et vous déposeront au même endroit. Si vous êtes dans un village, vous ferez tout à pied. La plupart des campings/hôtels proposent des vélos. Enfin, dans certains endroits, vous pourriez prendre un kayak pour vous rendre l’autre côté de l’atoll. Et il y a peu de taxi si vous en cherchez 😉 Oubliez Uber.

==> 3/5 pour nous car le prix des avions est énormément cher.

Faire de l’auto-stop

Il y a généralement des voitures et motos/scooters qui circulent sur les plus grosses îles de Polynésie Française. Pour notre part, ça été incroyablement simple de faire du stop. Nous avons même réussi à faire du stop à 5 (Augustina + 4 bons gars comme William) à Rangiroa à 21h. C’était une maman et sa fille qui sortait de l’église.

L’auto-stop est donc pour nous la meilleure solution pour un backpacker de se déplacer sur une île. Ca reste un super moyen de rencontres auprès des locaux ! 🙂 5/5 sans aucune hésitation.

Internet – Wi-Fi

Vous y croyez à un Internet de folie en plein milieu de l’Océan Pacifique ? Vous allez être surpris … Je plaisante, c’est la même vitesse que votre modem 56K au début des années 1990 (peu importe l’île). Le seul Internet de folie que nous avons vu, c’est celui dans la salle d’embarquement à l’aéroport de Tahiti pour Moorea. J’ai réussi à uploader 1 Go en à peine 5 minutes. Malheureusement pour nous, nous devions prendre notre avion rapidement …

Nous avons appris qu’il y aura du câble (ou de la fibre) à Rangiroa par un opérateur d’Hawaï (fin 2018/début 2019). Nous supposons que ça devrait être le même timing pour les autres îles. En tout cas sachez que la technologie Wi-Fi en soit est présente dans la plupart des endroits où nous sommes allés mais il n’y a pas énormément de hotspots, surtout pas beaucoup de hotspots ouverts et gratuits. C’est donc un 2/5 😉

Le réseau 3/4G

La meilleure solution dans tous les cas pour disposer d’Internet d’importe où et facilement est d’acheter une carte SIM VINI (de 7€ de mémoire). C’est très utile pour appeler les campings, les centres de plongée, etc. Ça fonctionne aussi pour les SMS ou Internet. Il est possible de recréditer en achetant des recharges (disponibles n’importe où). Votre numéro polynésien est valide 4 mois à moins que vous le transformiez en un numéro “non-jetable”. Le réseau 3/4G n’est pas encore déployé partout et n’a pas été très fiable d’après notre expérience mais ça reste le mieux. Conclusion : 3/5.

Paysages

Résumons notre 5/5 en une seule image :

Activités

Il y a beaucoup de choses à faire en Polynésie étant donné la diversité qu’il y a entre les îles. Il est donc possible de plonger, faire du snorkeling, du surf et toutes les autres activités nautiques.

Il est même possible de faire quelques treks comme à Tahiti mais c’est beaucoup moins riche et développé que les activités nautiques. Nous donnons donc un 4/5 à cette catégorie.

Commerces tous types confondus

A l’exception de Tahiti, il y a peu de commerces sur les îles. Il est plus fréquent de trouver des petites épiceries. Il y a peu de restaurants également. N’oubliez pas que les îles sont quand même petites ! La meilleure solution est d’aller voir son voisin pêcheur pour lui acheter du poisson très frais 😉

Il y a quand même quelques particularités à savoir sur les ravitaillements. Imaginez que vous êtes à Rangiroa et que chaque matin vous allez chercher une baguette de pain (très courant là-bas). Un matin, vous arrivez à l’épicerie, et il n’y a pas de baguette. Le drame ! C’est ce qui nous ait arrivé à Rangiroa, le boulanger était en vacances pendant 1 mois (le criminel !!!). Sans parler du boulanger qui prend des vacances, il parait que c’est très courant que les commerces soient en rupture de stock étant donné qu’ils sont ravitaillés généralement par bateau (généralement 1 fois par mois, à Rangiroa en tout cas).

C’est le même problème pour les médecins et les spécialistes (telle qu’une sage-femme ou un dentiste). Ils passent généralement 1 fois par an sur chaque île avec tout leur matériel. A Fakarava, il y avait une française que nous avons rencontré qui est infirmière.

Un 2/5 pour cette catégorie assez large !

Quid de la nourriture et de l’alcool ?

Nous nous sommes régalés en Polynésie Française ! Il faut avouer que c’était une bonne surprise. Nous avons mangé beaucoup de poissons crues avec du lait de noix de coco. C’est une spécialité là-bas et vous en trouverez partout. 5/5 sans aucune hésitation 😉

1Kg de thon rouge super frais ! 

Concernant l’alcool, vous en trouverez bien évidemment partout mais cela coûte très cher étant donné que quasi tout est importé.

La sécurité sur place

La Polynésie est un endroit où on se sent en sécurité. Je n’avais aucun problème de laisser Augustina seule à se balader dans les rues. Du moment que vous respectez les gens, vous n’aurez aucun souci. Attention tout de même aux personnes fortement alcoolisés 😉 5/5 !

William

The author William

Enthusiastic and adventurer, William just got his 32 years. Born in France (close to Paris), he started to travel 15 years ago and used to spend at least 1 week per year alone without friends in the mountains. This is how he met Augustina in Madeira Islands (Portugal). A lot of changes happened the last years and lot of projects achieved! Life is going fast but William never forgot his childhood dream to travel the world ;-)

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.